Le travail est un contexte qui nous incite à nous dépasser. C’est l’une des sphères de notre vie où l’on est appelé à exceller, à performer, et où les exigences sont toujours élevées. Pour certaines personnes cependant, le travail devient une occasion de plus pour vouloir atteindre la perfection.La personne perfectionniste peut donner l’impression qu’elle concentre toutes ses énergies à continuellement s’améliorer et qu’elle est surperformante. Cette image que l’on se fait d’une personne perfectionniste peut même nous faire envie. Il faut néanmoins voir au-delà de ces premières impressions.

Nous vivons dans une société où l’on accorde trop de valeur à la performance, il va donc sans dire que tendre vers la perfection y cadre bien et que chercher à autant performer récolte souvent de la reconnaissance et de l’admiration, particulièrement dans le milieu du travail. Toutefois, la perfection se définit comme étant un concept qui réunit toutes les qualités et est donc exempte de défauts. Le perfectionniste tend à atteindre ce qui s’avère inatteignable en s’imposant des standards de performance irréalistes.

Pour bien identifier le perfectionnisme, il faut en cerner les caractéristiques et ne pas les confondre avec celles de la performance qui est, pour sa part, dénuée d’excès. En fait, le perfectionnisme devient malsain lorsqu’il est excessif et omniprésent dans toutes les sphères de la vie, dans tout ce qui est entrepris et lorsqu’il nuit à un bon équilibre de vie. Une personnalité perfectionniste fera preuve de rigidité, portera son attention de manière exagérée sur les erreurs et ne tolèrera jamais d’en faire, fera preuve de compétitivité et accordera une attention disproportionnée aux résultats (et pas du tout à l’effort) et à l’évaluation des autres à son égard. Le plaisir est souvent sacrifié dans ce qu’elle entreprend et sa quête de perfection n’est pas vécue comme un choix libre, mais plutôt comme une nécessité. En somme, le perfectionniste se définira par ses réussites et sera grandement miné par ce qu’il identifiera comme un échec.

Ces caractéristiques mettent toutefois en place un terrain miné car le perfectionniste se retrouve en perpétuel constat d’échec ce qui, par conséquent, le rend à risque d’un point de vue de la santé psychologique. De fait, l’individu aux prises avec le perfectionnisme pourra ressentir de la frustration, de la colère, mais principalement un sentiment de dévalorisation et une perte d’estime de lui-même.

Puisque ce sont ses réussites qui le définissent principalement, il s’attribue la non-atteinte de ses objectifs et s’en juge fort négativement. Par ailleurs, tenter de surperformer et de répondre à des standards surélevés met en place un niveau de stress considérable qui est constant. Ce sont là des éléments nuisibles pour la santé psychologique de tout individu. « Le perfectionnisme est l’un des traits de personnalité qui rend le moins apte à composer avec le stress et rend très vulnérable». De fait, les perfectionnistes souffrent beaucoup du stress et sont sujets aux troubles anxieux, à la dépression, aux troubles alimentaires ainsi qu’à des difficultés adaptatives et des difficultés relationnelles.

On explique le perfectionnisme par un ensemble de facteurs qui interagissent entre eux. Certains traits ou tempéraments rendent des personnes plus susceptibles que d’autres au développement du perfectionnisme. Toutefois, ce sont les interactions avec l’environnement qui façonnent nos traits de personnalité. En effet, la culture occidentale prône la perfection mais c’est surtout la relation avec les parents qui semble déterminante dans la façon d’envisager qui nous sommes et le monde dans lequel nous vivons.

Les gens à la recherche de perfection rapportent très souvent des relations et des interactions typées avec leurs parents au sein desquelles ils pouvaient se sentir inadéquats, consciemment ou non, à juste titre ou non et ils craignaient de les décevoir s’ils étaient imparfaits.

Si votre quête de la perfection vous fait vivre de la souffrance, il ne faut pas hésiter à contacter votre programme d’aide aux employés. Un professionnel de la relation d’aide saura vous accompagner dans les changements que vous souhaitez effectuer. Plusieurs choses peuvent être faites en ce sens et vous replacer vous en tant que personne au coeur de vos priorités et non pas uniquement vos accomplissements et vos réussites. La relation d’aide peut vous apporter davantage de souplesse et vous aider à reprendre contact avec le plaisir.

Boivin, I. et Marchand, A. (1996). Le perfectionnisme et les troubles anxieux. Revue Québécoise de psychologie, 17 (1), 125-154.
Burns, D. (1992). Être bien dans sa peau, Saint-Lambert : Éditions Héritage.
Sherry, B.S., Hewitt, P.L., Flett, G. L., Lee-Baggley, D. Hall, P. A. (2007). Trait perfectionism and perfectionistic self-presentation in personality pathology, Personality and Individual Differences, 42 (3), 477-490.

Cliquer ici pour télécharge l’article