L’absentéisme, c’est la décision d’un salarié de ne pas se présenter au travail alors qu’il devrait normalement y être, que ce soit justifié ou non. Au plan organisationnel, cette décision de l’individu peut avoir de lourdes conséquences sur le fonctionnement du travail. En effet, l’organisation doit voir à répartir le travail de l’absent à ses collègues. À plus ou moins long terme, les absences, si elles sont répétées engendrent d’autres problématiques qui elles, peuvent devenir plus délicates à gérer.

L’absentéisme peut être causé par une foule d’éléments. En effet, elles peuvent découler de l’environnement de travail, des pratiques de gestion ou encore de l’individu lui-même. Si au sein de votre entreprise le problème est majeur, une investigation pour en trouver les sources doit être faite. Toute bonne stratégie de gestion de l’absentéisme débute d’ailleurs par l’établissement d’un diagnostic organisationnel en identifiant les facteurs qui influent réellement sur l’absentéisme de votre entreprise. Ainsi, il sera possible d’élaborer un plan d’action unique et propre à votre réalité organisationnelle. Cette analyse doit porter entre autres sur la culture d’entreprise, l’organisation du travail, les actions et les réponses de l’entreprise face au stress, les stratégies de gestion des problèmes humains et organisationnels. Toute cette démarche servira à tracer le portrait précis de votre organisation en la quantifiant en termes de coûts (directs et indirects) et en termes statistiques (fréquence et durée des absences, arrêts de travail, accidents de travail, maladies ou lésions professionnelles, etc.). Il s’agit ici d’étudier plus que des statistiques, mais d’inclure une collecte d’informations via des entrevues réalisées avec des personnes clés de l’entreprise afin de déterminer les caractéristiques humaines et organisationnelles des secteurs affectés par certaines problématiques.

Comment intervenir?

L’intervention la plus efficace reste toujours celle qui est faite à la source du problème. Toutefois, il existe quelques solutions pour réduire l’absentéisme. Bien entendu, il s’agit de suggestions et il n’en tient qu’à vous de vous assurer que les solutions proposées s’appliquent bien à votre milieu organisationnel. En effet, certaines des solutions proposées peuvent ne pas être applicables dans certains contextes.

  1. Instaurer une politique

Une politique claire sur l’absentéisme influence beaucoup la décision du salarié à s’absenter ou non. En effet, la norme permet de clarifier ce qui est attendu de l’employé dont entre autres sur l’importance de sa présence au travail.

  1. Affecter les employés au bon endroit.

Le fait de donner à un employé un poste qui correspond à ses compétences, aspirations personnelles et capacités fera de lui une personne moins à risque de s’absenter. En effet, une surcharge qualitative du travail, c’est-à-dire lorsqu’une personne ne perçoit pas qu’elle possède les compétences ou les connaissances nécessaires pour effectuer son travail, augmente les risques pour la santé mentale et par le fait même l’absentéisme de l’individu. L’inverse est aussi vrai; c’est-à-dire que la sous-utilisation des habiletés et des compétences est également associée à des conséquences négatives.

  1. Conserver un bon climat de travail

Valoriser et motiver les salariés de multiples façons, par exemple par des félicitations méritées et occasionnelles, au bon moment.

  1. Assainir les conditions de travail

Pour ce faire, il est possible de modifier les horaires de travail, d’accroître la marge d’autonomie au travail ou de rémunérer les journées maladie non utilisées.

  1. Établir un contrôle

Demander un papier médical pour les absentéistes chroniques, rencontrer le salarié pour discuter de ses absences non justifiées, utiliser au besoin des sanctions disciplinaires dont la gravité augmente au fur et à mesure que les absences injustifiées s’accroissent et finalement, adopter une règle d’or : ne pas laisser l’absentéisme s’installer dans votre organisation.

L’absentéisme et le stress

L’absentéisme augmente et ce, malgré que les conditions de travail soient de plus en plus sécuritaires. Ainsi, nous pouvons constater que les causes de l’absentéisme évoluent. De nos jours, les principaux facteurs qui contribuent à l’absentéisme et aux frais médicaux au travail sont désormais le stress, la dépression, l’anxiété et les autres maladies psychologiques.

La capacité d’un individu à gérer son stress qu’il soit d’origine physique, personnelle, sociale, organisationnelle est très personnelle. Par contre, certains facteurs sont sous le contrôle de l’organisation. La culture de l’entreprise, ses méthodes et procédures ainsi que le style de gestion constituent des outils à privilégier pour influencer les facteurs de stress et améliorer la performance des employés.

Conclusion

Les absences au travail sont très coûteuses et sont de plus en plus reliées à des maladies psychologiques telles que le stress, l’anxiété, la dépression, etc. Ainsi, il est primordial pour l’organisation de s’y attaquer en analysant attentivement sa situation et en établissant un plan d’action qui lui est propre. Cette démarche nécessite beaucoup d’investigation et d’efforts afin de mettre en place un plan d’action efficace; il n’existe pas de recette miracle!

 

Références : La gestion des ressources humaines, 2e Édition , Lakhar Sekiou,  Les Éditions 4L inc, 2001

Source : Minute du Gestionnaire numéro 17.